Les origines


Un dessin du XVII° siècle laisse apparaître l'existence de maisons en ruines au sud du château de Thouzon et certains auteurs ont mentionné un village qui aurait existé sur la colline. Un comparatif des impôts versés par les communautés du Thor, de Thouzon et de quelques fiefs voisins a même permis d'évaluer le nombre approximatif d'habitants vivant dans le territoire de Thouzon au XII° siècle : entre 40 et 80 « feux » (foyers).

Il est certain que Thouzon a toujours été une communauté distincte de celle du Thor.

Et le 14 septembre 1791, eut lieu la réunion du Comtat Venaissin à la France. (Depuis 1274, il appartenait au pape.) 

  Avant leur réunion à la France, Thouzon et Le Thor furent chacun érigés en communes distinctes. Les deux comtés d'Avignon et Venaissin furent d'abord réunis au département des Bouches-du-Rhône ; ce fut le décret du 25 juin 1793 qui les constitua ensuite en département de Vaucluse.

L'élection du premier maire de la commune de Thouzon eut lieu dans l'église du château de Thouzon : Esprit MARTIN fut élu.

Plan du territoire de la commune de Thouzon.

Archives Départementales de Vaucluse - Avignon
Archives Départementales de Vaucluse - Avignon

On remarque que la commune de Thouzon ne comprenait pas seulement le hameau actuel mais aussi la colline et toute la plaine au nord du Thor jusqu'à la route de Pernes.

  • Un décret du 12 octobre 1813 a supprimé la commune de Thouzon en la réunissant à celle du Thor.

Cette décision a été violemment contestée par les habitants de Thouzon qui ont écrit un « Mémorial de la Réclamation de Thouzon » et qui ont fait toute sorte de démarches pour l'annuler, en vain.

 

Les terres de Thouzon étaient devenues par la culture de la garance une véritable mine d'or très convoitée. 

 

 

  Thouzon devint hameau, plus connu alors sous son autre nom : le "tas de granges"(1). Le hameau de Thouzon eut son école, ses commerces (café, épicerie, coiffeur, boulangerie) et sa fête votive, le 3 mai de chaque année, avec bal et baraques foraines.

Aujourd'hui le Centre d'Animation du Thor, le vélo club Le Thor-Gadagne et quelques habitants du hameau font revivre, le temps d'une journée, chaque 1° mai, cette fête traditionnelle sous une autre forme : barbecue géant, jeux gratuits pour les enfants, concours de boules... avec un maître-mot, la convivialité.

 

(1) Attention ! Jusqu'au XIX° siècle, dans les textes, le mot GRANGE signifie FERME, MAISON DE CAMPAGNE.


la population de Thouzon

1792 :

Dans le tableau des villes, bourgs et villages dressé par le Préfet de Vaucluse le 19 Vendémiaire An IX, Thouzon (alors commune) compte 202 habitants. Le Thor en comptait alors 1770.

1838 :

Le 25 août 1838 la population de Thouzon (pas seulement le hameau, mais le territoire de l'ancienne commune) était de 443 âmes réparties ainsi :

115 foyers dans lesquels vivaient...

- 132 garçons

- 117 filles

- 86 chefs de famille

- 79 femmes

- 11 veufs

- 18 veuves


Et si le hameau était encore plus ancien...... !

(Archives Chabot-Péron)
(Archives Chabot-Péron)

Dans le manuscrit de 1683 dont voici la première page, on peut lire, en marge, "Terres et grange des Martin au Tas de Granges".

Ce texte décrit la situation de la ferme et terre attenante de François Cèbe, ascendant de l'épouse d'Esprit Martin, futur premier maire de Thouzon.

A partir des termes classiques contenus dans ce type de documents (...confrontant du levant... du midi... du couchant... du vent droit...), voici ci-dessous le plan sommaire que nous avons pu réaliser de ce que pouvait être déjà en 1683 le quartier, qui comportait donc 4 maisons (granges).

On sait, en comparant ce plan avec le cadastre de 1828 que la maison DAVID correspond à l'actuelle maison de M. et Mme Julien BOUDIN et, peut-être, la maison CEBE correspond-elle à la maison de Paulet CHABOT (aujourd'hui M. et Mme PERON).