11 novembre : Souvenir 1914/18

A l'approche du jour anniversaire de l'armistice de la Première Guerre Mondiale, nous allons évoquer un habitant de Thouzon (parmi bien d'autres) : Marcel ROBERT.

 

Marcel ROBERT est né à Thouzon le 30 mars 1882 de Louis ROBERT et Joséphine PAGET. Il est donc de la classe 1902 (comme on dit à l'armée).

En 1903, il est fiancé à une jeune Drômoise, Henria, née à Taulignan et demeurant à Saint-Paul-Trois-Châteaux. Le 16 novembre de la même année, il est appelé au 159° Régiment d'Infanterie à Briançon pour faire son service militaire : soldat de 2° classe, puis soldat de 1° classe en 1904, et caporal en 1905. Il est libéré en 1906. Il aura fait 3 ans de service.

 

Le 18 avril 1914, Marcel et Henria se marient à Saint-Paul-Trois-Châteaux.

 

Mais, en août 1914, les Allemands pénètrent en France : la Grande Guerre commence. Et, comme de très nombreux jeunes hommes, Marcel est mobilisé au grade de sergent le 4 août 1914 et envoyé au front à Vauquois, cette colline et ce village de la Meuse tristement célèbre où il est blessé de plusieurs éclats d'obus, un à l'arcade sourcilière droite, l'autre à la cuisse droite, le 3 avril 1915. Il sera envoyé et soigné dans un premier temps à l'hôpital de Lavelanet (Ariège) (juin 1915), puis il sera opéré à l'hôpital militaire de Foix où il restera du 15 juillet 1915 au 18 septembre 1915. Là, il rejoindra le 46° Régiment d'infanterie à Fontainebleau. Il ne sera libéré que le 4 mars 1919. Il a obtenu la Croix de Guerre pour un fait d'arme cité dans son registre matricule : "Sous-officier consciencieux, dévoué et d'un exemple parfait pour ses camarades et pour ses hommes. Envoyé en reconnaissance avec ses hommes, a réussi à établir un poste avancé particulièrement dangereux, l'a maintenu en dépit de plusieurs contre-attaques ennemies. Son chef de section étant blessé, a pris le commandement de sa section et s'est fort bien acquitté de cette tâche."


Donc, Marcel a laissé son épouse en août 1914 pour partir à la guerre et début 1915 naissait un petit garçon : Aimé. Le 18 avril 1915, Henria, son épouse, ira à l'hôpital de Foix avec le petit Aimé (voir photo) et jusqu'en 1919, Marcel ne verra pas grandir son petit garçon, malgré sans doute quelques permissions.

Avril 1914 : Marcel et Henria se marient.
Avril 1914 : Marcel et Henria se marient.
Août 1914 : Marcel part à la guerre
Août 1914 : Marcel part à la guerre
Janvier 1915 : Un bébé est né
Janvier 1915 : Un bébé est né
Avril 1915 : Marcel est blessé
Avril 1915 : Marcel est blessé

Carnet éventré par un éclat d'obus
Carnet éventré par un éclat d'obus

Marcel était le grand-père d'Edith Péron et de ses cousins Jacqueline Inguimberty et Daniel Robert.


Commentaires : 1
  • #1

    MERIGAUD Hélène (vendredi, 11 novembre 2016 20:27)

    L'Histoire dans l'histoire mais, n'est ce pas celle-là qui est importante ? Bien amicalement